Attention Ambroisie

Cette année encore, l’ambroisie est présente sur le territoire. Son pollen, très allergisant, impacte 1 personne sur 10. Il provoque des réactions telles que rhinites, conjonctivites, toux, eczéma, urticaires. C’est également une menace pour les cultures et la biodiversité, car c’est une plante estivale très envahissante.

Sur notre commune, on la rencontre principalement dans trois cas :

  • En bordure des routes et des chemins. Depuis une dizaine d’années déjà la commune de Bozas pratique la fauche tardive des accotements. Ce qui permet au fils du temps une diminution croissante du nombre de plants.
  • Dans des zones bouleversées au printemps, comme des terrassements, des tranchées… Ici, la remise en état de la zone (semis d’une pelouse, mise en place de gravillons, culture…) permet en général d’endiguer le problème.
  • Dans les parcelles agricoles. Sur notre commune une grande majorité des surfaces n’ont pas d’ambroisies. Il s’agit des surfaces en herbe, des vergers et des terres avec une rotation variée (céréales, maïs, ray-grass…). À l’inverse, les parcelles avec beaucoup de céréales d’hiver, les cultures de pommes de terre et de légumes d’été sont vulnérables.

De manière générale, toute personne responsable d’une parcelle doit, avec les moyens dont il dispose, freiner l’expansion de cette plante. Avec des graines qui ont une durée de vie de plus de 10 ans dans le sol, et une météo pas toujours clémente (sécheresse, risque d’incendie…), la tache n’est pas toujours aisée. Néanmoins la municipalité compte sur la bonne volonté de tous pour lutter contre cette plante, dans l’intérêt général.

Que faire ?

Sur ma propriété ou sur un terrain public : ARRACHER

Hors de ma propriété : SIGNALER sur la plateforme interactive :

Signalement-Ambroisie.fr

site internet, ou application téléphone mobile, ou numéro de téléphone 0972 376 888

Ce signalement est reçu par le référent ambroisie de chaque commune (Cyril Monchal, conseiller municipal pour Bozas), dont le rôle est de voir avec le responsable du terrain les moyens qui peuvent être mis en place pour contrôler le peuplement. L’application donne également accès à diverses informations ainsi qu’à une carte de prévision du risque allergique. Elle vise à aider les personnes allergiques à adapter leur comportement et leur traitement aux conditions à venir.

Cyril Monchal